Qu’est-ce que Port-Cros?

Un sortie club de quatre jours a lieu mi-octobre sur l’île de Port-Cros, c’est l’occasion ou jamais d’en savoir un peu plus sur cette réserve naturelle « mythique » chez les plongeurs.

Petites îles, caps criques et canyons et « prairies » immergés, le caractère insulaire littoral et marin du Parc national de Port-Cros est unique au monde.

« Port-Cros » »Porquerolles » « Le Levant »  le seul  nom de ses îles est déjà une invitation au voyage à travers l’espace et le temps… A juste titre, ses criques secrètes, ses immenses plages de sable d’argent, ses forêts denses terrestres et immergées foisonnent de vie grâce à  pris de 60 ans de préservation. Les  visiteurs ont ici une occasion unique de découvrir un concentré de l’exubérante biodiversité méditerranéenne.

Le parc national accueille de nombreuses espèces protégées tant aquatiques, que terrestres. Côté terre, il est l’escale privilégiée des oiseaux migrateurs : puffins, flamants roses, et petits passereaux partagent une terre d’accueil  généreuse avec d’autres espèces endémiques plus discrètes telles que le discoglosse sarde (batracien) ou le phyllodactyle d’Europe (reptile). La flore y est unique : romulée de Florent, orchidées précieuses ou oliviers du monde entier : les amateurs apprécieront.

Le Parc national de Port-Cros est un «  paradis à fleur d’eau ». Baleines et dauphins (8 espèces différentes), mérous, barracudas, grandes nacres, gorgones et corail…de l’herbier de posidonie  aux 3000 m de profondeur du canyon des Stoechades, partout les eaux claires du premier parc marin d’Europe hébergent ce vivier,  pour le grand bonheur des randonneurs à palme et des plongeurs.

Les amateurs d’histoire ne sont pas en reste : vestiges grecs, romains, forts militaires et épaves englouties s’offrent à la curiosité des promeneurs avertis ! Les îles côtières  conservent autant de traces du passage d’Ulysse, de barbe Rousse, de Vauban et plus récemment des derniers combats pour la libération d’avril 1945.

Terre de création, ces îles ont inspiré les plus grands noms de la littérature et cinéma français, sans compter les peintres et photographes qui  témoignent de l’esprit des lieux à travers le temps

Randonner sur terre où sous les flots, flâner, naviguer, photographier… Le Parc national de Port-Cros  se goûte de bien des façons, la brise méditerranéenne dans les cheveux, embruns et sourire aux lèvres !

SANCTUAIRE PELAGOS

Le Sanctuaire est un espace maritime de 87 500 km² faisant l’objet d’un Accord entre l’Italie, Monaco et la France pour la protection des mammifères marins qui le fréquentent.

L’originalité du Sanctuaire Pelagos pour les mammifères marins de Méditerranée réside dans le fait qu’il constitue une zone de gestion tripartite dans un territoire côtier et de haute mer appréhendé comme un « écosystème de grande dimension » d’un grand intérêt scientifique, socio-économique, culturel et éducatif. L’ensemble du Sanctuaire peut être considéré, de façon très générale, comme une sous-unité distincte bio-géographiquement de l’Ecosystème Marin de Grande Dimension (LME) de Méditerranée.

Cette sous-unité est marquée par une productivité plus grande causée par une panoplie de mécanismes de fertilisation rehaussant le niveau de la production primaire : eaux côtières, effet différé du mélange hivernal, zone frontale, phénomènes dupwelling et structures complexes associant divergences et convergences.

Une estimation grossière recense plus de 8 500 espèces animales macroscopiques représentant entre 4% et 18% des espèces marines mondiales, une biodiversité remarquable, notamment en ce qui concerne le nombre de prédateurs en haut de la chaîne trophique comme les mammifères marins, étant donné que la Méditerranée ne représente que 0,82% de la superficie et 0,32% du volume des océans du monde.

Toutefois la biodiversité au sein de cette sous-unité de l’Ecosystème Marin de Grande Dimension de Méditerranée subit la pression combinée de fluctuations naturelles de l’environnement et des impacts des activités humaines.

Leave a Reply